Shinigamis vs Hollows Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Deuxième entraînement spécifique : physique !

 
Répondre au sujet    Shinigamis vs Hollows Index du Forum » Soul Society » L'Académie Shinigami Sujet précédent
Sujet suivant
Deuxième entraînement spécifique : physique !
Auteur Message
Kuromaru no Himitsu
Shinigami
Shinigami

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 36
Localisation: ... Not Your Business ...
Féminin Bélier (21mar-19avr) 羊 Chèvre
Réputation:
Pression spirituelle:
Reiatsu:
Reiatsu (maximal): 300
Grade: Shinigami

Message Deuxième entraînement spécifique : physique ! Répondre en citant

~¤~ Way of the Warrior ~¤~


Mon mental en avait pris un sérieux coup après mon entraînement dans la première salle. Je ne me rappelais plus combien de temps s'était écoulé durant celui-ci, mais il avait été long et très éprouvant. Mais une nouvelle rage m'habitait et je considérais cela comme un bon début. Oui un très bon début. Durant mes recherches j'étais souvent tombé sur de petites annexes se référant à des pratiques de guerrier, et le plus souvent j'avais lu une véritable éloge de l'aguerrissement du corps. Cela m'avait semblé plutôt étrange de la part de bouquins de magie. Mais d'un autre côté, d'un point de vu harmonieux, il était logique d'entraînement chaque parcelle de son esprit comme de son corps. Et puis j'avais toujours rêvé de vitesse, une sensation encore méconnue mais que je savais qui m'apporterai une grande satisfaction. Mais je n'aimais la procédure rapide que prenait mon entraînement. Un bilan s'imposait de suite à mon esprit.
La petite salle de sport avait des vestiaires, je m'enfermai donc dans l'une des salles de bain, où je pourrai méditer brèvement pour faire un point sur moi et ma façon de penser ... Je m'affalai donc sur le sol gelé de la petite pièce restangulaire avant de fermer les yeux pour me plonger dans mon subconscient. Imprévisible. C’était le premier mot qui venait à l’esprit de ceux qui ne me connaissaient pas, ou peu. Taré. C’est le mot qui venait à ceux qui me connaissaient mieux. Attirant ? Non, c’est un avis moral que nous laisserons au domaine du physique.
Un véritable concentré d’émotions ambulant, doté d’une psychopathie manifeste. Certains me disaient schizophrène mais il n’en était pourtant rien. Quoique … Bref comprendre mon mental relèvait de l’improbable mais je n’attendais rien de tel d'une part extérieur. Néanmoins, j'étais là pour me permettre de me débrouiller avec moi-même, allons, déchiffrons un peu. Mon cerveau entremêlé de centaines de pensées n’arrivant pas à les traiter et à les identifier dans le temps, je me bornais au présent, vivant chaque instant à sa juste valeur. Pas comme si l’un d’entre eux pouvait être le dernier, comprenons-nous bien. Hors si j’aimais vivre ma vie, j’aimais aussi jouer avec celles des autres, dans tous les sens du terme. Je me savais attirant, pourquoi ne pas en profiter, surtout dans le domaine de la manipulation. Totalement déraisonné, je suivais les gens dans leurs propres jeux, souvent pour les déloger de leur soi-disant supériorité, mais je suivais aussi mes pulsions plus ou moins aliénées, pour le simple plaisir de me surprendre. Instable oui, j'étais bien instable. Par moment complètement déconnecté, j’aimais jouer avec les nerfs de mon entourage de par mon comportement pour le moins lunatique et inégal. Capricieux ? Certes …
Mon attitude douce et calme cachait pourtant une façon de parler qui se fasait blessante et cynique. C’était donc derrière ma glaciale façade distante que se cachait le pervers, égocentrique et égoïste, antisocial. Incompréhensible malgré tout n’est-ce pas ? Vous vous y ferez autant que moi j'ai pu m'y faire. J’avais aussi du mal à accepter une supériorité dans le système, des gens apparemment mieux que moi … Pff … ça me rendait dingue. Je n'étais, malgré tout, pas méchant. Mourir était pour moi le corollaire de perdre. Un raisonnement peu accepté par mes sujets qui étaient
usuellement très faibles dans mes jeux. Pour finir je considèrais la vie comme une immense partie d’échec, il y avait des pions, vous. Il y avait des pièces qu’il fallait sacrifier pour pouvoir prendre l’avantage, vous. Il y avait des pièces inutiles aussi, vous. Et puis il y avait le Roi, l’ultime pièce, le véritable gagnant de la partie, sans qu’il ait participé au massacre, ayant tout dirigé de loin. Ce Roi, c’était moi, souvenez-vous en bien. Je m'en souviendrai, oui ... Car en se connaissant on avançait sur le chemin de la puissance. Et grâce à cette méditation je sentais déjà ma maîtrise de moi-même augmenter.

J'étais déjà de retour dans la salle et mettais à contribution mon corps ravagé. A peine commencé que la sueur me gagnait déjà. J'enlevais mon vêtement, laissant entrevoir un torse zébré de mille cicatrices, brûlé, tâché, déchiqueté. Mon corps luisait à cause de la sueur, le rendant agréablement exquis et gracieux à regarder. Mais qu'importe, j'étais dans mon monde ruiné. Pompes, abdos. Pompes avec les bras bien écartés, pompes avec les bras collés, pompes avec les mains vers l'extérieur, pompe avec les mains vers l'intérieur, pompes avec les poings fermés. Je travaillais le dynamisme de mes mouvements, je gagnai en rapidité de minute en minute. Plus sec, mon corps explosé littéralement. Le nombre augmentait aussi de minute en minute, invoquant de façon proportionnelle une évolution fulgurante. Puis je me stoppai. La position pompe maintenue en parfait équilibre. Plus un mouvement. Une véritable torture. Autant pour le corps que pour l'esprit. Oui je faisais souffrir mon esprit aussi de par ma volonté de fer. Je me forçais à me dépasser. L'Excellence n'est pas qu'un mot ! Je refusais les limites d'un esprit passif et lent, étriqué et fermé, je refusais les limites d'un corps inexpressif et répugnant, peu développé et peu travaillé. C'est dans la souffrance que l'on évolue le plus rapidement. Alors je souffrais. Et autour de moi se taillait petit à petit un monde tout droit sorti de mon inconscient, un champ de ruine. Mais je continuais. Après tout le travail du haut du corps je passais au bas. Je courai, sans relâche, sans arrêt. Je coninuais de courrir, en avant, en arrière, sur les côtés. En accélérant, en déscélérant, en sprintant, au trot. Courrir, courrir et courrir. Et quand mon corps commença à ne plus sentir la douleur, je chargeais mes membres de poids et de lestes pour alourdir mon corps. Et quand il s'y habituait, je l'aourdissais encore. Puis je commença à travailler les deux en même temps, autant mes déplacements que mes endurcissement du haut. Puis, petit à petit, je ne ressentis plus la fatigue, plus la douleur, je laissais mes ruines envahir complètement le monde réel, pour me réfugier dedans.
Elle se dressais là, oubliée de tous, la ruine, bosselée, craquelée, abandonnée. Comme le tabernacle d’une ancienne déité, la ruine était là, défiant la carmague qui la toisait. La ruine avait assisté aux miracles de la vie, elle avait vu la fleur germer, elle avait observé la vie éclore. La ruine avait été le théâtre des grandes et des petites joies, la ruine, dans sa gloire passée, avait été l’utopie du bonheur.
La ruine avait été la victime de son arrogance, elle s’était dressée contre les conflits des hommes, de la ruine, le sang coula, l’éclat violé, l’âme souillée, les traits ont percés sa chair et les lames ont pillées son corps. Les feux de la guerre consumèrent ce qui jadis brillait.
Aujourd’hui, la ruine n’était que désolation, quelquefois, elle luisait de sa gloire passée mais le délire revenait à ses yeux. Dans sa prison aux murs blancs, la ruine regardait le feu du jour se lever : ce n’était plus qu’une lumière qui la brûlait. La ruine fuyaitt la vie : ce n’était pour elle qu’horreur et effroi.
La ruine, autrefois, était une glorieuse création, la ruine était un innocent qui n’aspirait qu’à la paix. Mais la folie collective qui habitait les hommes l’avait maudit d’un destin plus cruel que la mort.

Je combattais ! Mes déplacements étaient rapides, mes bras étaient forts. Je sentais chacun de mes muscles se mettre en mouvement pour égailler chacune des parties de mon corps. Je sentais celui-ci qui répondait à chacun de mes ordres très méticulleusement. Je regardais le fond de la pièce. Deux secondes plus tard j'y étais. Un sourire me trancha le visage lorsque je compris que mon travail séparé puis ensemble avait forgé mon corps à combattre. Mais je découvris une autre surprise ensuite. J'essayai de condenser mon énergie spirituelle comme avant, ma maîtrise avant augmentée ! D'avoir travailler ma volonté pour me surpasser physiquement m'avait aider à progresser sur ce point là également ! J'étais véritablement émerveillé. Je décidais donc de retourner dans les vestiaire où je pris une bonne douche. En sortant je me plantai devant le miroir où j'observai mon reflet nu. Un bilan physique s'imposait ...
Par où commencer cette décortication physique de moi-même ? Pouvait-être la relation paradoxale qui liait mon apparence à mon nom. Je me nommait Kuromaru no Himitsu, qui signifiait « Le mystère du cercle noir », étrangement vous verriez que rien dans ma physionomie ne suggèrait une telle obscurité. À l’opposé, le secret était bien présent, omniprésent même. Des yeux gris, étincelants d’une pâle lueur argentée. Deux nuages décolorés entourés d’une peau livide, blanchâtre. Mon teint blafard, lumineux, contrastait admirablement bien avec la cascade de cheveux noirs qui encadrait mon visage. Cette couleur hâlé, cette couleur funèbre invoquant inquiétude et peur. Oui un visage angélique, un masque de beauté renfermant l’incube tentateur. Oui ces lèvres tentatrices, cet éternel sourire espiègle mais craquant. Une touche de couleur dans un monde bicolore, en noir et blanc. Une nuance aiguail, presque rosée. Parlons plus de ce sourire. Sadique ? Coquin ? Moqueur ? Jovial ? Non rien de tout ça … Ou peut-être tout ça à la fois ! Ma pensée déroutante m’empêchait de discerner précisément chacune de mes émotions séparément. Je me disais donc que ce sourire pouvait être interprété de multiples façons, généralement la plus juste était celle qui était la plus est éloignée de votre façon, à vous, de penser. Juste une chose, ne soyez pas effrayés si par malheur, je laissais entrevoir par mégarde l’une de mes canines affreusement longues, ce ne serait certainement fait exprès … De ce fait, reprenons notre merveilleux tableau du reflet qui me faisais face. Mon corps était élancé, cadavérique même dirai-je. Pourtant, mon torse, mes bras, mes jambes, mon cou, laissaient tous entrevoir une musculature naissante et saillante. J’adulais à présent ma carcasse, elle était si bien taillée, parfaitement dans les normes divines … Au grand damne des jeunes filles …

En sortant je pensais pouvoir aiguiser maintenant mon entraînement une dernière fois en liant tout ce que j'avais pu apprendre ou développer, un ultime entraînement majeur. Je m'assis en tailleur, faisant le vide en moi pour méditer de façon calme et reposée avant d'attaquer. Car ce serait un véritable combat, contre moi-même, mon auto-suggestion sera tellement forte que je combattrai dans un air dense contre ma propre volonté. Serais-je prêt ?

[HRP : un sacré entraînement dense qui développe pas mal de parties ! J'en suis fier alors je dirai : +5 maîtrise spirituelle ; +5 en puissance ; +5 en résistance ; +5 en agilité ; +5 Hakuda ; +5 Hohou ? /HRP]

_________________

~¤~ " Paroles " / Actions-Pensées ~¤~


Dim 14 Juin - 16:04 (2009) Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Dim 14 Juin - 16:04 (2009)
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2009
Messages: 310
Localisation: Las Noches
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 馬 Cheval
Réputation:
Reiatsu:
Reiatsu (maximal): 0
Grade: Admin

Message Deuxième entraînement spécifique : physique ! Répondre en citant
Effectivement il est superbe mais ceci ne pourra être fait tous les jours, je vois ton acharnement à tenter de passer au travers des règles et biensur qui ne tente rien n'a jamais grand chose je considère cela comme un rattrapage de qualité que je valide en me retenant de retirer un ou 2 secteurs que tu as monté. sur ce, bonne continuation !

_________________
Attention admin méchant ...

Dim 14 Juin - 16:48 (2009)
Contenu Sponsorisé






Message Deuxième entraînement spécifique : physique !

Aujourd’hui à 18:13 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Shinigamis vs Hollows Index du Forum » Soul Society » L'Académie Shinigami Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com